MUNICIPALITE
AFFAIRES SCOLAIRES
ACTUALITES
CIMETIERE
HISTOIRE - GEOGRAPHIE - DEMOGRAPHIE
LE BOURG
LES VILLAGES
ASSOCIATIONS
HEBERGEMENT
ENTREPRISES
RESTAURANT
LE CHATEAU DE PIERREFITTE
AUTOUR DE SARROUX
CONTACTS
PORT-DIEU

PORT-DIEU

 

   Situé à 15 Km en amont de Bort, ce lieu se rencontre par un voyage en vedette sur la retenue du barrage ou par la route qui passe par Confolent, la plus petite commune de la Corrèze (30 habitants). Découvrez le calme de l'ancien prieuré de Trappes dont il reste un mur d'enceinte, deux tours de guet, une salle voûtée qui servait de cellier et de réfectoire aux 22 moines qu'a pu compter la communauté, un autel en pierre. C'est tout ce qu'il demeure d'un spendide monastère cistércien construit entre 1060 et 1080 mais victime de la fureur des hommes lors des guerres de religion ; il fut détruit en 1597 par le duc Anne de Lévis de Ventadour, un catholique. Légèrement en contrebas, la vieille église des "Manants" entourée d'un vieux cimetière mérite une visite. Ecoutez le calme, le chuchotement du vent et ayez une pensée pour le village disparu lors de la construction du barrage.

   Comme son nom l'indique, Port-Dieu fut un port fluvial sur la Dordogne. La navigation sur la rivière remonterait aux temps celtiques ! Les XVII°, XVIII° et XIX° siècles représentèrent des époques florissantes : sur 147 km, du confluent de la Rhue à Meyronne (près de Souillac dans le Lot), la Dordogne était considérée comme "flottable" alors que sur les 270 km suivants (jusqu'à l'estuaire de la Gironde), elle était navigable. Le trafic commercial, exclusivement descendant, ne s'opérait que quelques semaines par an, en automne et au printemps (en moyenne 27 jours par an). Le voyage de Bort à la Gironde prenait environ une semaine. Ce trajet s'effectuait à l'aide de gabares mises en vente, une fois Bordeaux atteint. Vers 1860-1870, âge d'or de cette navigation, 400 gabares descendaient annuellement la Dordogne pour transporter du bois, souvent de châtaigner, afin de fabriquer des tonneaux. A partir de 1770, le charbon extrait des mines de Champagnac occupa une place importante devançant les fromages d'Auvergne, les châtaignes, les porcs gras, les peaux et l'eau-de-vie.

Haut de page